Articles

mediatheque_dunieres_gazette


bal_musette_le_progres_20.11.14


montfaucon_latribune


stromain_latribune


 

Tsami au fil de la vie

En clôture d’une résidence d’artiste à La Filature de Retournac, la Cie Lisa Gimenez a donné, du vendredi 24 octobre au dimanche 26 octobre, cinq représentations d’un spectacle créé spécialement pour ce lieu : TSAMI, au fil de la vie. Le spectacle a été très bien accueilli par les habitants de Retournac et ses alentours. Au total, plus de 130 personnes se sont déplacées pour voir cette création peu ordinaire. Le Maire de Retournac, venu vendredi soir a fait un discours élogieux, affirmant avoir découvert des choses sur le passé de sa ville. Les sept artistes, les stagiaires de la semaine, des associations et habitants de Retournac ont produit un travail formidable pour retracer cette époque.

Dans une première partie en extérieur les danseurs et les acteurs ont fait découvrir au public l’espace, les bâtiments et l’histoire de cette usine textile fermée depuis 1976. Pour cette occasion, les machines qui demeurent ont été remises en route par les membres de l’association ASPIR, passionnés par le patrimoine industriel de leur bourg. La haute cheminée a fumé de nouveau. Puis, dans la salle de cinéma transformée, le public a été convié à un spectacle inattendu. Entrant les yeux fermés, les spectateurs ont été accueilli dans une structure en bois et en fils qui occupait tout l’espace, œuvre du plasticien Yssingelais Eric Jousserand, pendant qu’il leur était murmuré des paroles recueillies auprès des anciennes ouvrières. La chorégraphe Lisa Gimenez a construit son spectacle à partir d’un véritable travail d’ethnographe qui a consisté à rassembler les témoignages des personnes, aujourd’hui âgées, qui ont travaillé à La Filature. Pendant le spectacle, on entend les voix de ces personnes et on voit défiler sur l’écran de cinéma des images évoquant le temps où l’usine était en activité. Précisons que les membres de l’association CinéFILature étaient aussi de la partie à la prise d’images, au montage et à la projection vidéo. Lisa Gimenez a également eu le souci de faire participer autant que possible la population de Retournac à sa création. TSAMI signifie en patois local et en phonétique le chemin, car la vie est un chemin qui tient à un fil qu’on tire, qu’on enroule et qu’on coupe : la chorégraphie est construite autour de cette idée et, au centre du spectacle, trois danses interprétées par chacune des danseuses évoquent la mythologie de l’antiquité à travers les figures des Parques ou des Moires, divinités du tissage et de la destinée. D’où la coloration nostalgique de ce spectacle qui parle du temps tout juste passé, des années cinquante à nos jours et qui met l’accent sur cette période de grandes transformations. Mais la fantaisie n’est pas absente et tout finit dans la fête et la bonne humeur avec des chansons de l’ancien temps et un bal musette mené par l’accordéoniste Retournacois, Jean-Marc Moulanger. Bref, un spectacle complet avec du patrimoine, de la mémoire, de la culture antique et de la création contemporaine.


 

Retournac.« Tsami au fil de la vie » ou les métiers de la dentelle mis en scène

Spectacle. La compagnie Liza Gimenez va présenter, à partir de ce vendredi jusqu’à dimanche à La Filature, une pièce ayant pour thème la dentelle.

lisa-gimenez-choregraphe-a-prodigue-de-precieux-conseils-pendant-cette-semaine-de-repetition-photo-david-luminier

Accueillie en résidence depuis le mois de juillet au Musée des manufactures de dentelles puis à la Filature, la Cie Lisa Gimenez a créé cette pièce grâce aux témoignages des habitants et avec leur participation : ouvrières pour la plupart, femmes dentellières mais aussi moulinières, ourdisseuses, caneteuses, tisseuses, visiteuses, apponceuses ou encore leveuses.
Autant de métiers et autant de savoir-faire qui ont fait la gloire d’une époque, des années cinquante à nos jours. Autant de vies qui se sont passées souvent entièrement dans une même entreprise, source de labeur mais aussi d’émancipation et de bonheur. C’est ce patrimoine qui sera mis en valeur sous la houlette de la chorégraphe Lisa Gimenez : la danse à l’honneur puisqu’il est question avant tout de corps sensible et de gestes, de rythmes et de répétitions et la danse en relation avec les mots exprimés, authentiques et poétiques, vécus mais aussi chantés ou chuchotés.

Tisser une trame de relation et de solidarité

Dans la troupe, des danseurs mais aussi des comédiens, des musiciens et une artiste circassienne, virtuose de l’acrobatie. L’art du mouvement et de l’image avec la vidéo sera de la partie pour que le lieu choisi soit vu sous un autre jour et l’histoire de toutes ces vies soit saisie et entendue. En effet, La Filature a la particularité d’être une ancienne usine-couvent qui a accueilli tout au long du XXe siècle des centaines d’ouvrières issues des communes environnantes et qui étaient hébergées sur place.
Des hommes aussi ont travaillé dans ces lieux, tisseurs la nuit et surtout gareurs pour l’entretien et la réparation des machines et des fameux métiers à tisser, à l’époque tout en bois, les armures, comme disent encore certaines tisseuses. Des images tournées au Musée de la fabrique de Sainte-Sigolène ou procurées par les habitants contribuent à recréer l’atmosphère.
Ainsi, le public sera accueilli dès le portail par un guide singulier, à la découverte des trésors de l’endroit et de toute une vie. La machine à vapeur sera allumée pour l’occasion par les membres de l’association Aspir.
Les Amis d’Artias participeront aussi en apportant des documents, des photos et des tableaux. Les entreprises Janisset de Monistrol, Chomarat du Cheylard ont même donné des sangles et des tissus pour la création du décor. Pour celui-ci, c’est l’artiste Yssingelais, Eric Jousserand, qui a conçu une sculpture inspirée de la toile tissée par les ouvrières, utilisant le bois et la fibre plastique. Il a aussi travaillé avec des matériaux issus d’anciens moulinages et usines du pays, des tavels et des roquets en bois issus des moulinages de Riotord et de Dunières, des rubans et des bobines qui viennent de Montfaucon et du Chambon-Feugerolles.
L’art aide à se souvenir, à sentir et ressentir. Entre fils, entre pleins et vides, l’intention, comme la dentelle, sera de tisser une trame de relation et de solidarité.

Entrée : 2,50 euros. Réservations

au 06 43 83 68 11.

David Luminier
Correspondant La Tribune Le Progrés (Retournac, Solignac sous Roche)
0671035720


Article Tsami Retournac 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s